Once upon a time…

Cette recherche est née de plusieurs envies. Envie de comprendre, envie de questionner, de démonter puis de remonter les boulons et rouages de cet objet encore mal identifié qu’est la poésie en ligne. Envie de partager ces questions, de les affiner, de découvrir et d’expérimenter des méthodes d’observation, d’analyse et de compréhension.

A l’origine donc, un constat porté par une personnalité de la poésie numérique, Jean Pierre Balpe :

imageszea414sj

« Ma première rubrique sur Internet et la poésie dans Action Poétique est parue au premier trimestre 1997 dans notre numéro 147-148, soient — déjà — sept ans et pourtant, alors qu’Internet ne cesse de se développer à une allure folle couvrant le monde d’une brume mouvante et virtuelle de quelques centaines de milliards de pages dans lesquelles se trouve tout et ce qui n’est pas étonnant, information et désinformation se confondant parfois, à la fois rien, il me semble que la poésie sur Internet n’a pas bougé depuis. Comme si, dès le début la poésie avait épuisé toutes les formes que ce média lui offrait, comme si l’imagination poétique avait échoué à s’emparer d’un médium qui, pourtant, est résolument novateur ». Jean Pierre Balpe. Le 26 septembre 2007 à 10:31, blog de l’auteur, http://hyperfiction.blogs.liberation.fr/2007/09/26/la-posie-sur-in/

       Universitaire, poète et écrivain, Jean Pierre Balpe mène depuis plus de 30 ans un travail de recherche sur les relations entre informatique et littérature. Il a pu ainsi explorer différentes formes telles que les générateurs de textes et de poèmes, le mail art, l’hyperfiction sur le Web…

Mais qu’en est-il alors aujourd’hui ?

Véritable pionnier dans le domaine de la création mêlant littérature et informatique, le regard qu’il porte en 2007 sur la poésie en ligne semble sans appel (immobilisme, échec) et met en avant une situation paradoxale d’un art de l’imagination et de ses acteurs, des créateurs, incapables selon lui de se saisir de la vitalité et des innovations technologiques contemporaines. Alors qu’en 2007, Internet et les outils du Web sont en plein essor tant d’un point de vue des contenus (développement exponentiel/explosion quantitative et qualitative) que de la technologie (innovation continue, naissance du Web 2.0), la situation de la poésie aurait été similaire à celle du siècle dernier (1997).

Ce constat est-il valable ? Les acteurs de la poésie ont-ils réellement « épuisé » toutes les possibilités offertes par Internet et le Web ? Ont-ils échoués dans l’appropriation du média ? Et qui sont ces acteurs ?

Autant de questions à l’oigine de cette recherche qui s’ouvre pour moi. Avec une envie d’explorer pour comprendre cette pratique artistique connectée, d’oberver avec les outils des sciences sociales cette activité humaine qui semble décidemment peu connue. L’aventure commence ici…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s