Soutenance de thèse

La poésie du web. Ethnographie en ligne des poètes ordinaires

Après de longues et passionnantes années de recherches, j’aurai le plaisir de soutenir ma thèse de doctorat : La poésie du web. Ethnographie en ligne des poètes ordinaires, le mercredi 15 décembre 2021 à Dijon.

Je tiens d’ores et déjà à remercier les membres du jury :

Joëlle LE MAREC, professeure en sciences de l’information et de la communication (SIC) au Museum d’Histoire Naturelle et Pauline ESCANDE GAUQUIE, maîtresse de conférences HDR en SIC à l’université Paris 4 Sorbonne, pour l’attention portée à mon travail en tant que rapporteurs.

Oriane DESEILLIGNY, maîtresse de conférences en SIC à l’université Sorbonne Paris Nord.

Éric HEILMANN, professeur en SIC à l’université de Bourgogne et François RIBAC, professeur de sociologie à la Burgundy School of Business, en leur qualité de directeurs de recherche pour leur accompagnement et leur soutien tout au long de ce travail.

Avant de pouvoir mettre en ligne le texte intégral, je vous invite à découvrir le résumé de ma thèse :

A travers l’observation de blogs, de revues en ligne et de comptes et profils sur Facebook et Twitter, cette recherche se consacre aux activités poétiques en ligne de poètes francophones (Belgique, France, Québec, Suisse). Ce travail de recherche est guidé par une question simple et générale : comment les poètes inventent-ils avec le web leurs propres manières de faire de la poésie ?

Je me suis intéressé à la poésie en train de se faire de manière empirique en privilégiant l’observation, la collecte de données et les rencontres avec des poètes dans une approche inspirée de l’ethnographie.

Dépassant la séparation entre amateurs et professionnels, l’analyse suit les interactions entre ces poètes ordinaires et les outils du web. Au cours des apprentissages, de l’installation dans l’activité ou encore de la construction de leurs présentations, les poètes trouvent dans ce web social et participatif tant les ressources que les motivations pour leurs pratiques. La description de la poésie avec Twitter puis la reconstitution de séquences mettent en avant les modalités particulières d’utilisation de la plateforme ainsi que les différentes manières d’interagir entre poètes : la diffusion de poèmes strophes à strophes, les conversations poétiques où domine la bienveillance, les expériences d’écriture collective.

L’observation d’un forum interroge la notion de communauté de poètes La mise en place de règles communes, les adaptations technologiques constantes et la proposition d’actions créatives et éditoriales contribuent à faire tenir ensemble les membres de ce collectif.

Animées par des poètes engagés, les revues en ligne soutiennent la diffusion de la poésie dans un bouche à oreille numérique, au risque d’une confidentialité pourtant redoutée. Dans ces activités connectées, le livre papier demeure attractif. A côté de la relation traditionnelle avec l’éditeur, les poètes ont recours à de nouveaux services en ligne (imprimeurs augmentés, éditeurs sans livre) favorisant l’émergence de la figure du poète autoentrepreneur.

1 Comment

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s